La vie locale
[./expo_permanentepag.html]
[./expo_temporairepag.html]
[./les_membrespag.html]
[./devenir_membrepag.html]
[./acces_tarifspag.html]
[./plan_d_accespag.html]
[./histoire_d_un_chantierpag.html]
[./corps_d_etat_glossairepag.html]
[./glossaire_compagnonnagepag.html]
[./couverture_chapence_glossaire_specifiquepag.html]
[./glossaire_staffpag.html]
[./bibliographiepag.html]
[./100_ans_architecturepag.html]
[./famille_mittonspag.html]
[./rene_moreaupag.html]
[./marcel_genermontpag.html]
[./louis_regemortepag.html]
[./eugene_freyssinetpag.html]
[./francois_mercierpag.html]
[./glossaire_emaux_et_carreauxpag.html]
[./la_vie_localepag.html]
[./royale_cravatepag.html]
[http://museedubatiment.unblog.fr]
[./48achomepag.html]
Le Quartier des Mariniers La Ville tire son nom de nombreux Moulins placés sur le cours de la rivière et de ses affluents de la rive droite. Curieusement, sur l'Allier, voguaient des bateaux qui supportaient des moulins.
Historique Les Premiers documents concernant Moulins, datent de 990 et font état de la VILLA MOLINIS Vers 1049, édification des premiers éléments du Château . L'alliance avec le Pouvoir royal et le mariage de Béatrix de Bourbon avec Robert de Clermont (6ème fils de Saint Louis) facilitèrent l'essor du Bourbonnais. 1327 : Le Bourbonnais est érigé en Duché, Moulins en devient la Capitale. 1367 : Le Bon Duc Louis II de Bourbon fonde un établissement de charité : l'Hôpital Saint Nicolas qui disparut en 1515 avec la création du couvent des Dominicains 1515 : Création du Couvent de Dominicains fondé par Charles de Bourbon, Connétable à la suite d'un vœu, détruit en 1562 par les Huguenots Seule devait rester la Chapelle qui demeura sous le patronage de Saint Nicolas : la Chapelle des Mariniers. Le Couvent fut remplacé par l'Hôpital Saint Gilles, fondé 16 ans plus tôt par la Duchesse Anne de France A la suite de crues de 1733, la chapelle devenue Eglise était en mauvais état et très pauvre. Pendant la Terreur, elle fut fermée puis profanée et utilisée comme grange. La vie dans le quartier des Mariniers A la Révolution, la paroisse était dans un état lamentable, surnommée "Bas Quartiers " Les familles étaient pauvres, vivants de petits métiers (vanniers, tisserands, vinaigriers, fabriquants de chandelles, couleurs de fer blanc, cuiseur de suif, rhabilleurs un peu sorciers, marchands de sangsues...) Les ménagères portaient à cuire les rôtis et millas (flan aux cerises) chez les fourniers De nombreux habitants du quartier étaient concernés par le trafic fluvial et la rivière : les mariniers étaient appelés " Voituriers par Eau " Les lavandières occupaient un bord de la rivière Au XIXème siècle, la navigation atteint son point culminant avec les Inexplosibles et le service régulier qu'ils assurent ( " Le Sully " entre Moulins et Nevers) Inexplosible : bateau de 38m de long sur 3 m de large et seulement 1m de profondeur pouvant naviguer sur les eaux peu profondes de l'Allier Au début du XXème siècle, l'activité du quartier était grande (petits métiers et commerces), mais le quartier mal entretenu se marginalise. Après un fort dépeuplement, on voit peu à peu les rues reprendre vie avec une forte volonté d'urbanisme qui veut allier l'histoire à la modernité. Bâtiments remarquables du Quartier des Mariniers 16, rue du Pont Ginguet : Maison du Sauvage, il reste la façade sur cour, visible de la Place de l'Eperon avec une remarquable porte flanquée de colonnettes, terminées en pinacles, le linteau est surmonté d'un écusson aux armes des Bourbons, dominé par un arc en accolade dont les extrémités sont reçues par des consoles en forme d'animaux. Le temps a rongé la pierre ,mais n'a pas effacé le souvenir de ce qui fut la ménagerie des Ducs. Les deux cheminées présentées à l'étage du Musée proviennent de cet immeuble. 18, rue du Pont Ginguet : Ancienne Banque des Mariniers, Maison à colombages du XVIIIème siècle, devenue le Musée du Bâtiment. 33, rue du Pont Ginguet : Hôtel de la Coquille, passage obligé des pèlerins pour Saint Jacques de Compostelle, aujourd'hui transformé en logements. On peut accéder à la cour intérieure par un passage libre rue des Anciens Combattants d'AFN 6, rue du Rivage : Belle enseigne des mariniers avec Neptune. En face, à l'angle de la rue Jean Bart, Piéta (Classée aux Monuments Historiques en 1972) 3, rue du Porteau : Ancienne porte qui fermait l'accès au pont durant la nuit 5, rue du Porteau : Maison natale de Jean BARIAU écrivain, poète, professeur de dessin au Lycée Banville. Ont lui doit " Le Glossaire du Parler Moulinois en 1830 4, rue Félix Mathé : Entrée des anciens entrepôts. 5, place de l'Eperon : Maison qui fut l'Auberge du Renard qui prêche aux foules 11 et 12, rue des Pêcheurs : Maison à Colombages datant de 1450.
[#ANCHOR_TitleText]
[Web Creator] [LMSOFT]